Velfero

Le blog QVT et Bien-Être au travail
Lifestyle

Les TMS : que sont-ils ? Comment s’en débarrasser ?

Les TMS, acronyme que l’on entend de plus en plus, ce sont les Troubles Musculo-Squelettiques. Et malheureusement, la principale cause de ces pathologies se trouve dans le travail. Petit tour d’horizon.

Tâche répétitive, mauvaise posture.

Les TMS touchent principalement ce que l’on appelle les « tissus mous » de l’organisme, à savoir muscles, tendons et nerfs.

« Les troubles musculosquelettiques (TMS) des membres supérieurs et inférieurs sont des troubles de l’appareil locomoteur pour lesquels l’activité professionnelle peut jouer un rôle dans la genèse, le maintien ou l’aggravation. Les TMS affectent principalement les muscles, les tendons et les nerfs, c’est-à-dire les tissus mous. »

INRS

Ils peuvent résulter d’une mauvaise posture (un écran d’ordinateur trop bas entrainera des troubles musculaires du cou, par exemple une cervicalgie), d’une tâche bien trop répétitive (porter un colis pour le ranger sur une étagère), du stress (tension musculaire). On regroupe les causes sous 4 notions plus larges :

  • les facteurs biomécaniques/environnementaux
  • les contraintes psychosociales
  • les contraintes organisationnelles
  • les facteurs individuels

Ce schéma tiré du site de l’assurance maladie vous propose une vue assez large de tout ce qui peut causer un TMS.

facteurs-individuels-favorisant-tms

Repérer un TMS.

Il est important de préciser qu’un trouble musculo-squelettique commence par une douleur ou une gêne faible, apparaissant pendant l’activité exercée (un pincement ressenti à l’intérieur du poignet, une gêne dans les cervicales ou dans l’épaule lorsqu’on tape sur un clavier, par exemple).

Cependant, au stade initial, la douleur ne se fait pas ressentir au repos. Plus la pathologie va évoluer, plus les douleurs commenceront tôt le matin et disparaîtront tard le soir. Enfin, au stade le plus grave, on pourra observer une perte de masse musculaire localisée (en adaptant la posture, on utilise moins la zone concernée, ce qui conduit inévitablement l’organisme à réduire le muscle) qui induira une perte de force, la douleur et l’inflammation causeront une perte de mobilité articulaire. Le schéma ci-dessous, toujours tiré du dossier très complet de l’assurance maladie, vous montre jusqu’où peut aller un TMS dans sa gravité. Il est important de ne jamais sous-estimer une douleur, il n’est pas normal n’avoir mal.

symptomes-tms

Poser le diagnostic, guérir, prévenir.

Le diagnostic ne pourra évidemment être posé que par un médecin. N’hésitez pas à consulter avant que cela ne devienne un problème important. Dès lors, le parcours de santé pourra se mettre en place et vous pourrez bénéficier des compétences d’un kinésithérapeute qui, par le mouvement et le massage, viendra réduire et soigner la douleur. Enfin, un renforcement musculaire spécifique et global viendra corriger le déficit musculaire induit par le TMS.

Un TMS peut, la plupart du temps, être évité par la pratique d’une activité physique et sportive régulière. N’oubliez pas que l’OMS recommande 2 séances par semaine de renforcement musculaire et que l’être humain n’est physiologiquement et anatomiquement pas fait pour être sédentaire.

 

Vous êtes en phase de guérison d’un TMS et vous souhaitez vous muscler pour en finir avec cette pathologie ? Vous souhaitez vous prémunir contre ce type de maladie ? Nos préparateurs physiques experts en prévention/santé sont là pour vous aider ! Contactez-nous.

 


Sources :

Dossier Ameli sur les TMS

Dossier INRS sur les TMS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *